[Sommaire]
[Histoire]
[Visiter]
[Contacts]
[Home]
[History]
[Visit]
[E-mail]


GB
 

La naissance des villes

L'étude des formes les plus anciennes d'habitat humain montrent une grande occupation des cavités naturelles. Au fur et à mesure de son évolution, l'homme va développer un concept de fonctionnalités des regroupements. La ville ou le village vont s'établir en un point donné en développant une ou plusieurs fonctions urbaines. Grand absent dans l'étude de la naissance des villes, le troglodytisme est et resta longtemps une réponse logique aux problèmes humains. Bien des villes aujourd'hui construites et bâties ont une origine souterraine méconnue.

Le Village de TRÔO

En suivant les bords du Loir, Trôo profile à l'horizon les hauteurs de sa falaise. Cette petite ville au long passé historique est la capitale incontestée du troglodytisme en Loir-et-Cher.
Troo La ville s'étage sur trois niveaux distincts. En bas la ville bâtie dont les plus vieilles constructions appartiennent à l'époque médiévale, à l'étage moyen les troglodytes et sur le plateau dominant la vallée, la ville haute et sa collégiale. Le site de Trôo fut habité dès l'antiquité. La cité qui est censée tirer son nom de la prononciation du mot "trou" par les occupants anglais, est très anciennement creusée.

Le village s'étage sur trois niveaux d'habitations distincts. Le niveau supérieur est aujourd'hui occupé par les quelques maisons anciennes qui entourent l'église. C'est à partir du bas de Trôo que l'on découvrira les curiosités de l'endroit. Les constructions qui suivent aujourd'hui le bord du Loir ne parviennent pas à cacher les nombreuses caves qui trouent littéralement la falaise. L'histoire des lieux nous apprend que l'homme semble avoir occupé le promontoire rocheux dès le néolithique. C'est seulement avec les premières invasions normandes que les caves semblent faire leur apparition.
La partie qui compte les vestiges les plus anciens est sans doute le chemin dit "Rue haute". C'est sur cet escarpement que s'ouvrait jusqu'à la fin du siècle dernier, l'entrée d'une singulière église taillée dans la falaise. Cette petite chapelle, aujourd'hui détruite, était connue sous le vocable de Saint-Gabriel et attirait à Trôo de nombreux pèlerinages. Dans la rue Haute, s'ouvrent aussi les entrées de ce que localement on appelle les caforts. C'est à côté d'un lavoir souterrain établi lui aussi dans une grotte, que l'on pénètre dans un très ancien réseau de carrières qui s'enfonce au plus profond de la butte. Plusieurs fois assiégés, les habitants prirent l'habitude de se réfugier dans ces sombres recoins. Les séjours répétés de la population finiront par désigner chaque endroit du réseau en lui donnant un nom. On trouve ainsi le "grand-dansoir", le "jeu-de-boules", etc... .

Les caves de la partie troglodytique de Trôo datent pour la plus grande partie d'entre elles de l'époque médiévale. Creusées pour les plus anciennes d'entre elles au XIe ou au XIIe siècle, elles sont généralement assez profondes. On trouve l'habitat souterrain dispersé le long de deux escarpements superposés.
Les caves sont souvent spacieuses et bien éclairées. Ici les troglodytes sont encore nombreux, ou plutôt, l'habitat en cave renaît de ses cendres. Le charme du village et l'enchantement des bords du Loir ont séduit une population de nouveaux troglodytes. Bien restaurées, idéalement orientées, dotées d'une fantastique vue sur la plaine du Loir, les maisons souterraines de Trôo sont très prisées et leur réfection peut être considérée comme un exemple. Certaines caves, habitées de façon permanente, possèdent aujourd'hui tous les avantages du confort moderne.

Trôo est la capitale du nouveau troglodytisme. Dans aucun autre endroit de France on ne retrouvera autant de caves restaurées et encore habitées bien qu'isolées. Il faudra, pour retrouver des ensembles aussi importants, gagner les bords de la Loire en n'oubliant pas de bien regarder les coteaux des petites rivières ou affluents du Loir qui contiennent leur part de trésors souterrains.




The birth of cities

The survey of the oldest shapes of human habitat shows a big natural cavity work. With the progression of sound evolution, the man is going to develop a concept of functionalities of regroupings. The city or the village are going to settle in a given point in developing one or several urban functions. Big absentee in the survey of the city birth, the troglodytisme is and remained a long time a logical answer to the human problems. Good of cities today constructed and built have an unrecognized underground origin.

The Village of TRÔO

While following sides of the Dormouse, Trôo profiles heights of its cliff on the horizon. This small city to the long historic past is the capital undisputed of the troglodyte in Dormouse-and-dear.

The city himself floor on three distinct levels. In bottom the built city of which the oldest constructions belong to the medieval time, to the middle floor troglodytes and on the tray dominating the valley, the high city and its collegiate. The site of Trôo was lived since the antique. The city that is supposed to extricate its name of the pronunciation of the word " hole " by the English occupants, is very dug formerly.

Troo The village himself floor on three distinct dwelling levels. The superior level is today occupied by the some old houses that surround the church. It is from the bottom of Trôo that one will discover curiosities of the place. constructions that follow today the side of the Dormouse doesn't arrive to hide the numerous cellars that pierce the cliff literally. The history of places learns us that the man seems to have occupied the rocky promontory since the Neolithic. It is only with the first Norman invasions that cellars seem to make their apparition.

The part that counts the oldest vestiges is probably the said " path Kicks high ". It is on this steepness that opened up until the end of the last century, the entrance of a singular, built church in the cliff. This small chapel, today destroyed, was known under the vocable of Saint-Gabriel and attracted to Trôo many pilgrimages. In the High street, open up as entrances of that that locally one calls cafortses. It is next to an underground washer established also him in an underground cave, that one penetrates in a very old network of careers who penetrate to deepest of the mound. Besieged several times, inhabitants took the habit of to take refuge in these dark recesses. Stays repeated of the population will end up designating every place of the network while giving him a name. One finds so the " big-dansoir ", the game-of-balls ", etc....

Caves in the troglodytique village of Trôo date from the medieval time. The oldest among them to were excavated in the XI th or the XII th centuries. The underground dwellings are on two main levels and extend about a kilometer. Since they are situated on the side of a steep hill, most have magnificient views of the countryside.

No where else in France can one find such numerous caves so well restored as comfortable residences. These homes are spacious and the large windows and doors let in the sunlight. They possess all the necessary modern conforts. The majority have a height of 2 to 3 meters

The charm of the village and the beauty of the Loir River at the base of the hill has seduced a population of " 21st century " troglodytes. This rural life, on the tourist route of the Loir Valley, is conductive to walking, cycling, boating and dreaming. Troo is located 200 kms from Paris and 50 kms from the chateaux of the Loire Valley.